Prescriptions complémentaires ou nouvelle autorisation ?

chemin de la CombleDroit des ICPE – Prescriptions complémentaires ou nouvelle autorisation ?

Saisi par des riverains, le tribunal administratif de Versailles a annulé un arrêté complémentaire du préfet de l’Essonne délivré à un carrier pour lui permettre d’utiliser, de façon pérenne, un chemin pour expédier ses sables. (TA Versailles, 03 juin 2019, n°1603659).

Illustration de la modification substantielle dans les conditions d’exploitation d’une ICPE nécessitant le dépôt d’une nouvelle demande d’autorisation

Appliquant l’article R. 512-33 du code de l’environnement (applicable au cas d’espèce, l’arrêté litigieux ayant été pris avant le 1er mars 2017), ainsi qu’un arrêt du Conseil d’Etat n°219841 du 02 avril 2003,
le tribunal rappelle qu’il y a lieu de tenir compte des changements successifs qui ont pu être apportés à une installation ou au site sur lequel elle est exploitée afin de déterminer si ceux-ci sont, par leur addition, de nature ou non à mettre en cause l’appréciation qui avait été faite, au moment de la délivrance de l’autorisation, des dangers et inconvénients et des moyens de les limiter.

« En l’espèce, en utilisant désormais de manière pérenne et non plus temporaire le chemin de la Comble pour évacuer le sable et les grès par camion, la société F doit être regardée comme ayant accru de manière sensible les inconvénients de l’installation, les mesures complémentaires prescrites par le préfet, au demeurant non respectés par la société, étant insuffisante à limiter ces inconvénients. Dès lors, le préfet ne pouvait se borner à fixer des prescriptions complémentaires, mais devait inviter la société à déposer une nouvelle demande d’autorisation. Par suite, Monsieur et Madame Le B sont fondés à soutenir que l’arrêté contesté est entaché d’illégalité et à demander l’annulation ».

Le régime du renouvellement de la demande d’autorisation est actuellement régi par les articles L. 181-14 et R. 181-46-I du code de l’environnement (réforme à droit plus ou moins constant selon la doctrine[1]). Ce dernier texte prévoit notamment que :

«  Est regardée comme substantielle, au sens de l’article L. 181-14, la modification apportée à des activités, installations, ouvrages et travaux soumis à autorisation environnementale qui :

1° En constitue une extension devant faire l’objet d’une nouvelle évaluation environnementale en application du II de l’article R. 122-2 ;

2° Ou atteint des seuils quantitatifs et des critères fixés par arrêté du ministre chargé de l’environnement ;

3° Ou est de nature à entraîner des dangers et inconvénients significatifs pour les intérêts mentionnés à l’article L. 181-3 ».

La solution donnée au litige soumis au tribunal administratif de Versailles n’aurait selon nous pas été différente sous l’égide de ces nouvelles dispositions.



[1] Énergie - Environnement - Infrastructures n° 5, Mai 2017, étude 13, – REVUE MENSUELLE, LEXISNEXISJURISCLASSEUR – MAI 2017, Décryptage de l’autorisation environnementale, Etude par Marie-Pierre Maitre docteur en droit et et Ida Empain juriste, Cabinet Huglo-Lepage & Associés

chemin de la Comble

 

 

 

 

 

Publié dans Environnement

Droit de l’environnement

La Charte de l’environnement a désormais une valeur constitutionnelle et le droit de l'environnement impacte la plupart des activités. Il impose aux particuliers et aux entreprises de respecter de nombreuses règles nouvelles contraignantes souvent méconnues. Les sanctions attachées ressortent à la fois du droit administratif et du droit pénal. Le cabinet est en mesure d’apporter des conseils éclairés aux collectivités, entreprises et particuliers en matière de prévention et de les assister devant les juridictions les plus diverses y compris le Conseil constitutionnel. Il dispose d’une expérience particulière en matière de sols pollués, en droit des installations classées, droit des carrières et gestion des déchets.